top of page
Rechercher
  • Sophie Chyzak

L'intelligence émotionnelle




« Ne soyez pas l’objet de vos émotions, devenez le sujet de vos décisions »


La définition de l’ « Intelligence Emotionnelle » peut sembler surprenante car le concept mêle deux notions que l’on a habituellement coutume d’opposer. On y trouve d’un côté le mot « intelligence » qui désigne la capacité de raisonnement et d’analyse et d’un côté le mot « émotion » qui désigne les réactions primaires difficilement contrôlables survenant suite à l’occurrence, les circonstances d’un événement bien précis ou dans certaines situations.


A quoi sert-elle ?


· Gérer ses émotions en cas de frustration, de déception ou de rupture ;

· Communiquer et interagir avec les autres ;

· Travailler en harmonie avec ses collègues ;

· S’adapter rapidement à une situation émotionnelle ;

· Prendre du recul et savoir gérer un conflit ou une dispute ;

· Observer et comprendre les émotions des autres.


Daniel Goleman, psychologue et journaliste scientifique, a écrit ” l’intelligence émotionnelle ” en 1995.

D’après lui il y a 4 axes à prendre en compte



  • La première est l’auto-conscience : elle fait référence à la capacité que nous avons à comprendre ce que nous ressentons et à être en permanence connecté-e-s à nos valeurs, à notre essence.

  • Le second aspect est l’auto-motivation et notre faculté à nous orienter vers nos objectifs, à rattraper les contre-temps et à gérer le stress

  • La troisième est liée à notre conscience sociale et à notre empathie.

  • Le quatrième échelon est sans aucun doute la pierre philosophale de l’intelligence émotionnelle : il s’agit de notre capacité à nous lier, à communiquer, à parvenir à des accords et à nous connecter aux autres de façon positive et respectueuse.



Atteindre cette intelligence émotionnelle est une question de volonté, de constance et d’application de cette conscience réelle qui nous permet d’utiliser ces clés que le professeur Goldeman nous livre dans ses travaux :


  • Détecter l’émotion qui se trouve derrière chacun de vos actes.

  • Élargir votre langage émotionnel (parfois, il ne suffit pas de dire “je suis triste“, il faut être plus concret. “Je suis triste parce que je me sens à la fois déçu-e, en colère et perdu-e”).

  • Contrôlez ce que vous pensez pour contrôler votre manière d’agir.

  • Cherchez une raison au comportement des autres, soyez capable de comprendre les points de vue et les mondes émotionnels des autres.

  • Exprimez vos émotions de manière assertive, c’est-à-dire qui exprime un fait.

  • Améliorez vos habiletés sociales, c’est-à-dire vos capacités à entrer en contact avec les autres, de faire en sorte de bien s’entendre avec eux, de se faire des amis, de travailler avec d’autres, de prendre votre place au sein de la société….

  • Apprenez à vous auto-motiver et à lutter pour ces objectifs qui peuvent vous rapprocher d’un véritable bonheur.





40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'intégration par les mouvements oculaires

Vous avez probablement déjà vécu un évènement stressant et ressenti les effets des hormones de stress. Le stress et la peur peuvent être des réponses adaptées à une situation. Mais ils peuvent aussi d

Comments


bottom of page