top of page
Rechercher
  • Sophie Chyzak

L'intégration par les mouvements oculaires


Vous avez probablement déjà vécu un évènement stressant et ressenti les effets des hormones de stress. Le stress et la peur peuvent être des réponses adaptées à une situation.

Mais ils peuvent aussi devenir néfastes lorsque leurs effets négatifs perdurent.

La psychothérapie traditionnelle peut s’avérer insuffisante pour déterminer la source de souvenirs douloureux. Ne donnant accès qu’à la modalité cognitive, elle atteint rapidement ses limites tandis que l’intégration par les mouvements oculaires (l’IMO), une technique neurothérapeutique qui comporte une composante neurologique, met l’accent sur les modalités cognitives, sensorielles et émotives de la personne.


Qu’est-ce que l’IMO?

L’IMO puise ses racines dans la programmation neurolinguistique (PNL) et a été développée par Steve et Connirae Andreas, en 1989. Selon eux, si les pensées peuvent influencer la direction du mouvement des yeux, les mouvements oculaires peuvent influencer la pensée. L’IMO n’est pas une psychothérapie, mais une neurothérapie. Elle peut être utilisée dans le cadre d’une psychothérapie et permet la diminution des symptômes résultant d’un évènement perturbant.


La neurobiologie de l’IMO

Lors de situations menaçantes, le cerveau tombe en mode « survie » et le circuit « d’urgence » s’active. Ce mécanisme permet à l’individu de réagir rapidement. Les fonctions non essentielles du corps et du cerveau se ferment et des hormones de stress sont alors sécrétées pour préparer le corps au combat ou à la fuite. En conséquence, les évènements traumatiques laissent des souvenirs fragmentés et troués. Ils sont sauvegardés à l’intérieur des modalités sensorielles et influencent les émotions et les comportements. Le rétablissement d’un trauma nécessite l’intégration des souvenirs explicites et implicites. L’objectif de l’IMO est d’intégrer ces souvenirs en activant le médiateur (le cortex orbitofrontal) à l’aide du mouvement des yeux.

C’est pour qui?

L’IMO est une technique qui peut être utilisée autant chez les enfants, les adolescents et les adultes, suite à un évènement perturbant dont résultent différents effets négatifs et récurrents.

La procédure

Une période d’évaluation est nécessaire afin d’identifier les souvenirs troublants et les possibles contre-indications. Lors de la première séance , le thérapeute dirige une série de mouvements oculaires visant à intégrer les souvenirs. Parfois, d’autres séances sont conseillées.

Quand?

Chez l’adulte, immédiatement ou il faut attendre de 6 à 8 semaines après un évènement traumatique pour commencer l’IMO alors qu’une attente de deux semaines est nécessaire pour l’enfant.

Par qui?

L’IMO peut se faire dans le cadre d’une thérapie ou comme technique à part entière. Elle doit être pratiquée par un thérapeute praticien IMO certifié.

19 vues0 commentaire

Comments


bottom of page